Passer au contenu

Pays

Mehtidis, Alexis - Les aviations militaires italienne et austro-hongroise pendant la 1ère guerre (2008)

translation missing: fr.product_price.price.original €10,00 - translation missing: fr.product_price.price.original €10,00
translation missing: fr.product_price.price.original
€10,00
€10,00 - €10,00
translation missing: fr.product_price.price.current €10,00
translation missing: fr.product_price.price.tax_line_html

L'aviation militaire italienne et austro-hongroise sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale
Alexis Mehtidis

Ce livre est une version considérablement enrichie de "L'aviation italienne pendant la Première Guerre mondiale" qu'Alexis Mehtidis a publié en 2004. L'auteur a ajouté des sections détaillées sur la défense antiaérienne italienne, l'aviation austro-hongroise, les cartes et les insignes, nous offrant ainsi l'un des rares livres complets sur ce sujet en anglais.
La première partie, consacrée aux forces italiennes, explique qu'au début des hostilités, la composante aérienne italienne était pleinement intégrée aux forces terrestres. Elle comprenait quelques escadrons équipés de Nieuport, Farman et Blériot, ainsi que des unités de ballons attachées à l'artillerie. La marine avait également sa composante aérienne avec deux dirigeables et 14 hydravions.
En 1915, cette composante devient indépendante et devient le Corpo Aeronautico Militare. Les premiers bombardiers Caproni font leur apparition, ainsi que les chasseurs Caudron, Macchi, Voisin et Aviatik (allemands, mais fabriqués sous licence) ; cette nouvelle force aérienne utilise également des hydravions et prend bientôt le contrôle de la composante aérienne de la marine en 1916. Un an plus tard, la marine reprend ses prérogatives aéronavales ("déjà vu" dans d'autres pays...) et met fin au conflit avec 223 hydravions.
Au fil des pages, on a l'impression que, tout au long du conflit, cette force aérienne a conservé des effectifs modérés et stables - entre 600 et 800 avions - mais très structurés ; une force aérienne inventive qui a lancé très tôt (sur Trieste) les premiers raids massifs de bombardiers, qui a utilisé les communications radio, la photographie de reconnaissance à haute résolution (pour l'époque !) et qui a bombardé des nœuds ferroviaires avec des dirigeables. Une armée qui a également montré qu'elle était capable de projection, avec des unités en Albanie, en Grèce et en Libye. Curieusement, ce n'est qu'en novembre 1917 qu'une autorité a été créée pour coordonner la production d'avions et de moteurs d'avions.
Approche intéressante et inhabituelle, l'auteur nous propose une section sur l'artillerie antiaérienne italienne, une partie très complète avec la liste de toutes les batteries et équipements, de la mitrailleuse au canon de 75 mm.
La partie suivante est consacrée à la composante aérienne austro-hongroise, tant l'armée de l'air - Kaiserlich et Koniglich (K.u.K.) Luftfahrtruppen (L.F.T.) - que l'aéronavale - K.u.K. Seeflieger - déployée le long des côtes croates et albanaises. En 1915, au début des hostilités, l'armée de l'air austro-hongroise a aligné 13 compagnies aériennes (FLiK - Fliegerkompanie) et trois détachements de ballons ; à l'armistice, ces chiffres étaient passés à 50 et 30 (environ 600 appareils). Les principaux types utilisés sont les Albatros, les Brandenburg et ... les Aviatik (aussi !).
Le reste du livre est une compilation impressionnante, unité par unité, FLiK par FLiK (une centaine), avec ses équipements et ses déploiements. L'auteur passe en revue les unités et les centres d'entraînement, les unités de ballons, les unités logistiques, les unités météorologiques, ainsi que les avions utilisés par l'aéronavale, unité par unité, base navale par base navale (en Autriche, en Croatie et en Albanie).

142 pages - en anglais