Passer au contenu

Pays

Bedei, Francis - Histoire de Port-Aviation (1993) (オリジナルの印刷版)

translation missing: fr.product_price.price.original €45,00 - translation missing: fr.product_price.price.original €45,00
translation missing: fr.product_price.price.original
€45,00
€45,00 - €45,00
translation missing: fr.product_price.price.current €45,00
translation missing: fr.product_price.price.tax_line_html

Histoire de Port-Aviation

Francis Bedei et Max Joy

Editions Amatteis, 1993.

L’histoire du premier aérodrome au monde

En 1909, Viry-Châtillon n’était encore qu’un village quand « la Société d’Encouragement à l’Aviation » y installa un terrain d'aviation ‘une centaine d’hectares, , Port-Aviation, le premier aérodrome de l’histoire de l’aéronautique. Les Parisiens furent enthousiasmés. Tout avait été prévu (hangars, ateliers, tribunes, restaurant, parking…) pour ce lieu qui était à la fois un centre d’apprentissage, d’entraînement et de démonstrations. Plusieurs meetings s’y déroulèrent et de nombreux pilotes s’y formèrent, notamment pendant la Première Guerre mondiale.

Port-Aviation n’était pas un aérodrome au sens moderne actuel, mais un champ de courses pour les avions, comme un hippodrome est destiné aux chevaux. Les aéroplanes effectuaient des tours dans l’air au-dessus de ce terrain rond, devant des spectateurs nombreux, installés dans des tribunes ou essaimés tout autour du terrain. L’aviation naissante était alors considérée comme un sport pour des « illuminés », se réalisant dans un immense cirque où des pilotes évoluaient sur leurs aéroplanes (Wright, Delagrange, Blériot, Paulhan, Comte de Lambert, Roland Garros, etc.).

Alors que les essais se faisaient sur les hippodromes de la région parisienne, comme Issy-les-Moulineaux ou Bagatelle, la présence d'un terrain spécialement réservé à l’aviation enthousiasma les aviateurs et les constructeurs mais surtout les Parisiens qui affluèrent en masse, à l’occasion de premiers meetings aériens.

Port-Aviation voit défiler de nombreuses réunions d’aviation et surtout la « Grande quinzaine » d'octobre 1909 où se succèdent des exploits entraînant des records comme celui du comte de Lambert qui, sur son Wright no 20 en partant de Port-Aviation, contourna la Tour Eiffel avant de revenir atterrir à son point de départ, en se guidant avec le ruban argenté de la Seine à son retour. Pour la première fois un pilote survole une ville, sans possibilité d’atterrir en cas de danger.

Port-Aviation accueille en 1911 le départ de la course d'avions Paris-Rome dont le vainqueur, l'aviateur André Beaumont, reçoit la bénédiction de Pie X.

Le terrain est utilisé pendant la Première Guerre mondiale, des écoles d’aviation s'y succédant pour former de très nombreux pilotes, le Nord de la France ainsi que la Belgique étant occupés par l’armée allemande. Mais, soumis aux inondations répétées et à l’étroitesse du terrain bordé de coteaux, la mauvaise situation de Port-Aviation conduit à sa fermeture en 1919. En 1917, les Américains installeront un terrain sur le plateau situé plus au Nord, à proximité d'Orly. Il n’en subsiste aujourd’hui que le Grand Hôtel, une bâtisse à colombages qui accueillit les pilotes les plus prestigieux de l’époque.

 

Ouvrage comportant 238 illustrations en n&b dont des photographies, des reproductions de cartes postales anciennes représentant des avions, aéroplanes, appareils, biplans, monoplans, personnages, aviateurs célèbres, ateliers, meetings...

Broché, 222 pages, format 16 x 24, ISBN 2 86849 124 3

Bon état